En préparation de 14 Nisan, Vendredi 15 Avril 2022

Hier, dimanche 10 avril, nous avons tenu un service matinal à Mons en anglais et en farsi sur le thème du voyage de Jésus à Jérusalem et de sa rencontre avec la Samaritaine au puits.
L’après-midi, nous avons ensuite abordé un autre sujet lors du culte de l’après-midi, pour les francophones, où vous pouvez trouver l’exhortation ou le sermon ci-dessous.

Réunion pour le service du 10 avril 2022

En préparation de 14 Nisan, Vendredi 15 Avril

Nombres 26-28

28 Jéhovah dit ensuite à Moïse : « Donne cet ordre aux Israélites : “Vous veillerez à me présenter mon offrande, mon pain. Mes sacrifices par le feu, dont l’odeur m’est agréable, devront être offerts aux moments fixés+.”

« Dis-​leur aussi : “Voici le sacrifice par le feu que vous présenterez à Jéhovah : chaque jour, régulièrement, deux agneaux d’un an sans défaut, en holocauste+.

16 « “Le 14e jour du 1er mois, ce sera la Pâque de Jéhovah+. 17 Et le 15e jour de ce mois, il y aura une fête. Pendant sept jours, on mangera des pains sans levain+. 18 Le premier jour, il y aura une convocation sainte. Vous ne devrez faire aucun travail pénible.

Si nous lisons la loi de Moïse du début à la fin, l’une des choses qui revient sans cesse est le commandement d’offrir des sacrifices le matin et le soir. Les offrandes quotidiennes qu’Israël devait présenter à l’Éternel témoignaient de leur dévouement quotidien à son égard, pas seulement chaque jour, mais chaque jour de l’année pour toute la nation.

Mais pourquoi ne pas le dire une seule fois ?
Pourquoi le sacrifice quotidien devrait-il être répété comme une instruction à chaque fois ?
Ne pouvons-nous pas simplement écouter une fois et nous souvenir ensuite ?

Il est évident qu’Israël avait besoin de rappels constants pour se souvenir des sacrifices quotidiens et de son engagement envers Dieu. Mais je suis sûr que ce n’est pas moins le cas pour nous. Il est trop facile pour nous de laisser passer une journée sans nous souvenir de Dieu au début et à la fin de celle-ci, et encore moins de rester totalement engagés envers Lui toute la journée. Nous avons besoin de rappels plus souvent que nous ne voulons l’admettre.

Prenons donc note des moments où nous lisons les holocaustes quotidiens, et rappelons-nous notre propre engagement envers le Seigneur. Puis engageons-nous à nous souvenir et à prier soir et matin, comme Israël devait le faire pour ses sacrifices.

Nombres 28:2-4 Nous sommes maintenant à la frontière du pays et Israël est sur le point de traverser le Jourdain. Ils ont observé la loi de Moïse dans le désert, offrant des sacrifices conformément à la loi, et on les informe maintenant que ces mêmes sacrifices doivent continuer à être offerts lorsqu’ils entrent dans le pays. On leur rappelle que, même si les circonstances changent radicalement, l’enseignement de Dieu s’applique toujours.

28:4,8 Il y a une leçon claire que nous pouvons tirer du fait qu’un sacrifice était offert le matin et ensuite le soir. Le peuple devait commencer sa journée et la terminer en se concentrant sur Dieu. Bien que nous n’offrions pas de tels sacrifices, il y a une idée que nous pouvons appliquer à nous-mêmes.

Commençons-nous et terminons-nous notre journée par une lecture de la bible, une prière ou une pensée sur Dieu ? Si ce n’est pas le cas, cela pourrait-il nous être bénéfique ?

Dans l’attente de 14-15 Nisan, 15 Avril Pascha ou Pésach et le retour de Christ

28:16 La Pâque commémorait la délivrance d’Israël de l’Égypte. Dans le désert, il était sans doute facile de se rappeler qu’ils avaient été délivrés d’Égypte, mais une fois installés dans le pays, il serait facile d’oublier les événements de la nuit où la nation est sortie d’Égypte, d’autant plus que ceux qui avaient vécu l’événement mouraient. L’accent mis sur la célébration de la fête de la Pâque signifiait – si elle était fidèlement observée – que chaque génération aurait un souvenir frappant de leur délivrance.

Jésus-Christ expliqua lui-​même la signification du pain et de la coupe de vin qu’il employa en instituant le repas du Seigneur. Le pain était du pain sans levain qui restait de la Pâque que Jésus venait de célébrer. Il est donc certain que ce fut la nuit du 14 nisan de l’an 33 de notre ère que Jésus institua parmi ses fidèles disciples cette nouvelle commémoration.

En cette occasion, les Israélites se réunirent par familles dans leurs foyers, après avoir appliqué en éclaboussant sur les deux montants et le linteau de la porte de leurs maisons du sang d’un agneau mâle âgé d’un an et sans défaut. Sous la protection de ce sang, ils mangèrent l’agneau rôti, sans briser aucun de ses os. Comme les Israélites avaient dû faire disparaître tout levain de leurs maisons, le pain qu’ils mangèrent avec l’agneau rôti et les herbes amères était forcément du pain sans levain. Dieu leur ordonna encore de manger du pain sans levain pendant les sept jours suivants. Cette célébration valut aux Israélites d’être sauvés.

Pour commémorer cette libération de son peuple élu, Dieu ordonna à celui-ci de célébrer chaque année la fête de Pâque, au jour anniversaire, c’est-à-dire le quatorzième jour du mois lunaire de nisan. La Pâque était donc la fête d’une libération. La Nouvelle encyclopédie juive (angl.), édition de 1962, pages 370, 371, déclare à propos de la Pâque : “Elle commémore la délivrance des Israélites de l’Égypte, et elle est célébrée comme ‘la Saison de notre Liberté’ (Zeman Herutenu).” En tant que fils de la vierge juive Marie, Jésus était tenu d’observer annuellement la Pâque, et il obéit fidèlement à ce commandement jusqu’au jour même de sa mort. Exode 12:1 à 13:18 ; Galates 4:1-5 ; Matthieu 26:17-19.

“1  Or je dis : Pendant tout le temps que l’héritier est enfant, il ne diffère en rien de l’esclave, quoiqu’il soit seigneur de tout ; 2 mais il est sous des tuteurs et des administrateurs jusqu’au temps marqué par le père. 3 Nous aussi de même, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l’esclavage des éléments du monde ; 4 mais lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, 5 afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, et afin que nous reçussions l’adoption.” (Ga 4:1-5 BBA)

 “17  Or, le premier jour des pains sans levain, les disciples s’approchèrent de Jésus, en disant : Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ? 18 Et il dit : Allez dans la ville chez un tel, et dites-lui : Le Maître dit : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je fais la Pâque avec mes disciples. 19 Et les disciples firent comme Jésus leur avait ordonné et ils préparèrent la Pâque.” (Mt 26:17-19 BBA)

Jean 1 Venez et voyez

Il y a ici une leçon très puissante à propos de la prédication de l’évangile et de la présentation de Jésus aux gens.

Jean le Baptiste a été le premier à faire remarquer à quiconque que Jésus était le Christ. Il a dit :

“Regarde, l’Agneau de Dieu”.

À partir du sceau d’autorité personnel de Jean-Baptiste, André et Jean ont commencé à suivre Jésus. Puis nous lisons que

“la première chose qu’André fit fut de trouver son frère Simon, pour lui dire :

“Nous avons trouvé le Messie” (c’est-à-dire le Christ).

Et il l’amena à Jésus.”

Jean et André ont été amenés à Jésus sur la recommandation de Jean le Baptiste. Simon Pierre a été présenté à Jésus sur la recommandation d’André.

Or, après que Jésus eut trouvé Philippe,

“Philippe trouva Nathanaël et lui dit :

“Nous avons trouvé celui dont Moïse a parlé dans la loi et sur lequel les prophètes ont aussi écrit : Jésus de Nazareth, fils de Joseph”.

Philippe a présenté Nathanaël à Jésus.

Il n’y a toujours pas de meilleure façon de prêcher l’Évangile et de répandre la bonne nouvelle que de présenter à nos amis et à notre famille le Messie, Jésus-Christ. Il n’y a pas besoin de grands discours ou de beaux arguments. Laissez-les venir et voir, et rencontrer Jésus eux-mêmes à travers les évangiles, l’Esprit et la prière.

Jésus Christ : il est l’Agneau sacrificiel qui a été offert par Jéhovah Dieu, le Créateur de l’homme.

Vendredi prochain, c’est le 14 Nisan, un jour où nos pensées doivent porter non seulement sur la délivrance du peuple de Dieu de l’Égypte, mais aussi sur notre propre délivrance, à savoir le sacrifice de Jésus-Christ en tant qu’agneau de Dieu, par lequel son sang a formé le sceau de la nouvelle alliance, par lequel la grâce de Dieu, la délivrance de la malédiction de la mort, appartient à quiconque reconnaît Jésus comme le sauveur envoyé par Dieu.

Étant donné que la mort est venue par un homme, la résurrection des morts vient aussi par un homme (1 Cor. 15:21).

Quand Jésus a mis en place ce repas particulier en présence de ses fidèles apôtres, il leur a dit :

 « Continuez à faire cela en souvenir de moi » (1 Cor. 11:23-26).

Nous sommes réunis ici, ce dimanche, pour nous souvenir de cette nuit où Jésus s’est rassemblé. Nous reconnaissons que Jésus est cet agneau promis qui est mort pour nous en accomplissant la volonté de son Père céleste. Nous aussi, nous voulons faire la volonté de Dieu en l’imitant et nous prenons comme une de nos tâches de nous souvenir de la sortie d’Égypte comme l’ont fait Jésus et ses apôtres. Bien que nous soyons peu nombreux, nous sommes heureux de pouvoir être réunis aujourd’hui autour de cette table où nous prendrons le pain et le vin en souvenir du sacrifice de Jésus.

Nous pensons maintenant que Jésus, la nuit où il devait être livré, a pris du pain et, après avoir rendu grâce, l’a rompu et a dit :

 “Ceci est mon corps, qui est le tien”.

En effet, par amour pour les hommes, il a donné son corps à la mort, par laquelle la vie nous a été donnée. En souvenir de lui et de cet acte merveilleux d’abnégation, nous participons maintenant aussi à ce repas sacrificiel. De même, nous nous souvenons qu’il a fait de même avec la coupe, après le repas, lorsqu’il a dit :

 “Cette coupe représente la nouvelle alliance que mon sang va confirmer. Continue à faire ça, chaque fois que tu le bois, en mémoire de moi.”

En effet, chaque fois que vous mangez ce pain et buvez cette coupe, vous continuez à proclamer la mort de l’envoyé de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, jusqu’à son retour.

 

+++

Autres lectures connexes

Jésus est-il vraiment le Messie?

Geef een reactie - Give a reaction

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.